Stalingrad

Voir la bande annonce

Durant la Seconde Guerre mondiale, en septembre 1942, Hitler envisage d’envahir Stalingrad, ville clé de l’URSS qui le sépare de la victoire totale sur l’Europe. Les Russes se préparent à la défensive. Un héros aiderait à motiver les troupes.
Entre alors en jeu Vassili Zaitsev, un jeune tireur d’élite de l’Armée Rouge. Doué d’une stupéfiante adresse au tir, il est remarqué par un commissaire au peuple, Ivan Danilov. Les deux jeunes gens deviennent amis. Ranimer la flamme de l’héroïsme, redonner aux soldats décimés la force de lutter contre l’implacable machine de guerre allemande, telle est la mission de Danilov. Celui-ci fait de Vassili le héros de sa propagande.
Dans le camp ennemi, l’état-major dépêche son meilleur tireur d’élite, le Major König, pour abattre celui qui est devenu le symbole de l’indomptable résistance russe. – Allociné

Stalingrad est un film de guerre différent des autres et ce grâce à Jean-Jacques Annaud qui arrive toujours à faire ressortir des émotions de ses films comme dans Sept ans au Tibet ou encore L’Ours. Cette fois son scénario, tiré de faits réels, nous immerge dans le quotidien des tireurs d’élite ce qui nous offre une vue de la guerre peu exploitée au cinéma et c’est tant mieux. Et comme cet homme est complet, sa réalisation est tout aussi bonne que son scénario. Jude Law incarne Vassili Zaitsev avec talent et Ed Harris lui rend la pareil dans le rôle du Major König. Les autres rôles sont tenus par Rachel Weisz, Joseph Fiennes (le frère de Ralph) et Bob Hoskins. Stalingrad est donc un bon film de guerre à ne pas rater.

Vinsanity

Publicités

The Ghost Writer

Voir la bande annonce

The Ghost, un  » écrivain – nègre  » à succès est engagé pour terminer les mémoires de l’ancien Premier ministre britannique, Adam Lang. Mais dès le début de cette collaboration, le projet semble périlleux : une ombre plane sur le décès accidentel du précédent rédacteur, ancien bras droit de Lang… – Allociné

The Ghost Writer marque le retour de Roman Polanski et une chose est sure, c’est un grand cinéaste. Ce film est très bien filmé, très bien géré au niveau du rythme. Par moment j’ai eu une impression de lenteur mais en fait elle s’explique très bien : on est tenu au même rythme que le personnage principal. Il découvre des choses au fur et à mesure et de plus en plus vite. La réalisation est donc de grande qualité et je trouve la scène finale très bien faite. Je n’en dis pas plus. Le scénario, quant à lui, est également bon. Il nous offre une intrigue captivante qui vous maintient en haleine tout le long du film et si on y réfléchi en dépensant les limites du film, on peut l’interprété comme une critique faite au gouvernement britannique. Du côté des acteurs, Ewan McGregor campe le premier rôle remarquablement et Pierce Brosnan n’est pas en reste dans le rôle de l’ex premier ministre Adam Lang. Ils forment un duo plus qu’efficace. Oubliez ce qui a fait l’actualité de Roman Polanski hors cinéma et foncez voir cet excellent film.

Vinsanity

Donnie Brasco

Voir la bande annonce

En 1978 a New York, l’agent special Joe Pistone est designe par le FBI pour infiltrer le clan Bonanno, une des familles les plus puissantes de la cote Est. Il contacte un modeste porte-flingue de l’organisation, Lefty Ruggiero, aupres duquel il se fait passer pour un specialiste en joaillerie du nom de Donnie Brasco. Coupe de son milieu, Donnie va peu a peu s’identifier a ceux qu’il doit detruire. – Allociné

Des films sur la mafia, il y en a un paquet mais à chaque fois je suis complètement emballé et quand Johnny Depp et Al Pacino campent les deux premiers rôles, je ne peux qu’apprécier encore plus. Donnie Brasco nous immisce dans l’univers de la pègre new-yorkaise à travers l’infiltration d’un agent spécial du FBI. C’est du classique, mais c’est toujours aussi efficace. A noter tout de même que le film se base sur des faits réels. Le duo Depp-Pacino porte le film pour notre plus grand plaisir, ils sont excellents tous les deux et Michael Madsen en rôle secondaire, c’est pas mal non plus. J’aime beaucoup les dialogues et en particulier la réplique récurrente : « arrête, oublie ça » qui s’emploie pour des situations différentes, voire même opposées mais on comprend toujours ce qu’elle veut dire. A la réalisation, Mike Newell assure son poste avec efficacité. Donnie Brasco est un film qui ravira les fans du genre tels que moi et qui emballera les autres sans aucun doute.

Vinsanity