La Haine

Voir la bande annonce

Trois copains d’une banlieue ordinaire traînent leur ennui et leur jeunesse qui se perd. Ils vont vivre la journée la plus importante de leur vie après une nuit d’émeutes provoquée par le passage à tabac d’Abdel Ichah par un inspecteur de police lors d’un interrogatoire. – Allociné

La Haine est un film coup de poing, un film qui pointe les dérives et les difficultés de la vie en banlieue à travers l’histoire de ces trois amis dans leur cité parisienne. Il a été récompensé de trois Césars en 1996 dont celui du meilleur film français et a mis en lumière le talent de Mathieu Kassovitz et de Vincent Cassel. En le voyant j’ai pris une claque et je dois dire que peu de film français m’ont donné cette impression. Le scénario de Kassovitz est intelligent. Ses trois personnages principaux sont très bien écrits, à chacun son caractère et son rôle. Vinz a le sang chaud et ne pense qu’à se venger pour Abdel, Hubert est son opposé, beaucoup plus réfléchi et il ne pense qu’à quitter la cité alors que Saïd est le médiateur. Leur complémentarité rend le trio attachant et représente bien les différentes visions de la vie en banlieue. L’évolution de l’histoire est bien menée et ponctuée par un final cinglant. Kassovitz a également assuré la réalisation avec brio et a été récompensé par le prix de la mise de scène au festival de Cannes. Il a fait le choix du noir et blanc et je trouve que ça apporte un vrai plus à son œuvre. Ça permet de recentrer l’attention du spectateur sur les personnages plutôt que sur leur environnement. De plus il fait preuve d’une certaine recherche dans la construction des ses scènes. Les mouvements de caméra et les jeux de reflets dans les miroirs en sont les parfaits exemples. La scène souvent retenue par les gens est celle de Vinz devant son miroir se prenant pour De Niro dans Taxi Driver, bravo Vincent Cassel. Personnellement j’ai beaucoup apprécié celle dans les toilettes du bar, construite sur les reflets du miroir. Côté acteurs, la performance de Cassel est la plus marquante du fait du tempérament violent de son personnage mais ses deux compères, Hubert Koundé et Saïd Taghmaoui, sont eux aussi très bons. Également présents en seconds rôles Vincent Lindon, Karine Viard ou encore Benoit Magimel. La Haine, une mise en scène et un jeu d’acteurs au service d’un scénario percutant. Un grand film.

Vinsanity

 

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s