Lincoln

lincoln

Voir la bande annonce

Les derniers mois tumultueux du mandat du 16e Président des États-Unis. Dans une nation déchirée par la guerre civile et secouée par le vent du changement, Abraham Lincoln met tout en œuvre pour résoudre le conflit, unifier le pays et abolir l’esclavage. Cet homme doté d’une détermination et d’un courage moral exceptionnels va devoir faire des choix qui bouleverseront le destin des générations à venir. – Allociné

Après Quentin Tarantino et son excellent Django Unchained, c’est Steven Spielberg qui traite la question de l’esclavage avec Lincoln. Bien sur le style n’a rien à voir mais là aussi c’est du très haut niveau. Ce biopic d’Abraham Lincoln nous permet d’aborder ce sujet brûlant à travers son aspect historique et politique. Spielberg nous prouve qu’il fait définitivement parti des très grands cinéastes, autant à l’aise dans la science-fiction et les films de pur divertissement que dans le film historique. Après avoir vu ce film on comprend qu’il soit le favori à la course aux Oscars avec ses 12 nominations tant il est maitrisé sur tous les aspects: scénario, interprétation et mise en scène. Le scénario, basé sur le livre Team of Rivals de Doris Kearns Goodwin, est super intéressant puisqu’il aborde non pas la vie entière du 16e présidents dues États-Unis mais seulement ses derniers mois. Derniers mois qui sont la période de son plus grand combat et sa plus grande réussite à savoir le 13e amendement qui abolit l’esclavage. On est en pleine guerre de Sécession mais on ne nous montre pas ou très peu la cruauté de la guerre, on se concentre sur l’aspect politique. Ce choix permet donc de mieux développer et détailler ce processus engagé pour faire passer ce fameux 13e amendement, soumis au vote de la chambre des représentants. Le récit à donc un effet très éducatif sur les spectateurs car il est en fait moins un biopic sur le personnage de Lincoln qu’un film politique sur l’esclavage et le besoin de l’abolir. Moi qui ne connaissait pas bien cette période de l’histoire, je trouve très intelligent de nous présenter cet homme qui est l’un des plus importants de l’histoire américaine à travers son accomplissement le plus marquant. Le film ne joue pas sur la glorification de l’homme mais met surtout en valeur ses actes. Bien sur son côté humain et familial n’est pas oublié. On ressent  l’amour qu’il porte à ses enfants et le chagrin d’avoir perdu un fils qu’il partage avec sa femme Mary. Mais il était avant tout un homme puissant et déterminé. Du point de vue de la réalisation, il se dégage une maitrise incroyable. Spielberg travaille chaque plan, chaque scène mais n’en perd pas pour autant le rythme de son sujet comme j’en avais eu l’impression avec Paul Thomas Anderson dans The Master. Le film dure près de 2h30 et est très bavard mais à aucun moment on ne s’ennuie car la mise en scène se renouvelle à chaque nouveau dialogue. Plan serré ou plan large, différent mouvement de caméra, une créativité à souligner. Il y a beaucoup de plans très beaux et il faut aussi féliciter son équipe technique qui lui est fidèle depuis des années. La photographie est splendide. Le film est majoritairement sombre mais l’apport de lumière est toujours bien fait. Les décors et les costumes sont eux aussi de qualité alors que la musique est composée par le partenaire de toujours John Williams. Réalisation de haut vol, chapeau Monsieur Spielberg. Devant sa caméra, Daniel Day-Lewis est magistral en Abraham Lincoln. On ressent le poids du poste de Président et la lassitude physique de son personnage à travers ses mouvements et sa façon de parler. Une interprétation brillante récompensée du Golden Globe de meilleur acteur et l’Oscar devrait surement suivre. Day-Lewis est un acteur unique dans sa façon de travailler, de s’approprier ses rôles mais est surtout unique par son talent, un grand acteur. Il est accompagné par Sally Field qui interprète sa femme Mary et Tommy Lee Jones qui joue Thaddeus Stevens, membre de la chambre des représentants et soutien de Lincoln. Ils sont eux aussi brillants et sont nommés dans les catégories des seconds rôles aux Oscars. Joseph Gordon-Levitt, très demandé en ce moment et ça se comprend, est quant à lui Robert Lincoln le fils d’Abraham. Lincoln traite un sujet important avec talent, un grand film à ne surtout pas rater.

Vinsanity

Publicités
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s