Gangster Squad

gangster squad

Voir la bande annonce

Los Angeles, 1949. Mickey Cohen, originaire de Brooklyn, est un parrain impitoyable de la mafia qui dirige la ville et récolte les biens mal acquis de la drogue, des armes, des prostituées et – s’il arrive à ses fins – de tous les paris à l’ouest de Chicago. Tout ceci est rendu possible par la protection, non seulement des hommes de mains à sa solde, mais également de la police et des hommes politiques qui sont sous sa coupe. Cela suffit à intimider les policiers les plus courageux et les plus endurcis… sauf, peut-être, les membres de la petite brigade officieuse de la LAPD dirigée par les Sergents John O’Mara et Jerry Wooters qui, ensemble, vont tenter de détruire l’empire de Cohen. – Allociné

Gangster Squad marque le retour d’un genre de film qu’on ne voit plus beaucoup mais qui est terriblement efficace: le film de gangsters. On pense tout de suite à l’excellent Les Incorruptibles de Brian de Palma et personnellement j’adore ce genre de film et tout ce qui va avec: vieilles voitures, mitraillettes à l’ancienne et tout le monde en costard. Cette fois-ci pas d’Al Capone mais Mickey Cohen. Le scénario est basé sur le roman Gangster Squad, écrit par l’ancien journaliste du LA Times Paul Lieberman. Il nous raconte l’affrontement entre Mickey Cohen, mafieux originaire de New York venu mettre main basse sur Los Angeles, et un groupe de flics bien décidés à le faire tomber. L’histoire se base sur une histoire vraie, les personnages ont réellement existé, mais le développement du script n’est pas 100% fidèle aux faits réels. Il faut bien rendre ça cinématographique. En tous cas sur le papier ça donne envie. A noter que ce scénario est écrit par Will Beall qui est un ancien inspecteur de la police de Los Angeles. Pour ce qui est du résultat, je dois dire que je ne m’attendais pas tout fait à ça mais j’ai quand même été séduit. Aux commandes on retrouve Ruben Fleischer qui a complètement changé de registre puisqu’il reste sur deux comédies: 30 Minutes Maximum et le très réussi Bienvenue Zombieland. Son défi est de prendre à ses illustres prédécesseurs tous les éléments du genre sans toutefois en faire une pâle copie. Sur ce point il s’est clairement démarqué grâce à sa mise en scène. Il a choisi de moderniser le genre en lui amenant plus d’action, plus de rythme et plus d’ironie et d’humour. Il l’a peut-être même trop moderniser car le rythme effréné, certes il permet de ne jamais s’ennuyer tellement tout s’enchaine, mais par moment on aimerait voir des scènes plus posées. Le film dure à peine 1h50 et aurait mérité d’être plus long pour justement incorporer ces scènes plus lentes. Scènes qui auraient donner au film une autre dimension. Et puis on sent que Fleischer vient de la comédie à travers ses touches d’humour dans les dialogues et dans certaines situations. Il a donc choisi de dévier un petit peu le genre et sa mise en scène convient très bien à ce qu’il a voulu faire. Devant sa caméra défile un casting haut de gamme. Mickey Cohen est interprété par Sean Penn. Acteur qui me semblait parfait pour ce rôle de mafieux cruel et dangereux mais sa prestation me laisse un goût amer. Cela vient surement en partie de la direction d’acteur par le réalisateur mais je trouve sa performance surjouée. Pourquoi un méchant puissant doit-il être autant maniéré? De l’autre côté de la loi, le Gangster Squad est dirigé par John O’Mara interprété par Josh Brolin (Men In Black 3, No Country for Old Men). Brolin est impeccable en ex-militaire pour qui l’honneur et le devoir sont des priorités. Il semble idéal pour ce rôle tant il a l’air à sa place dans les années 1940-1950. Il est accompagné par Ryan Gosling, excellent dans le rôle de Jerry Wooters. Gosling, très en vue depuis le brillant Drive, tire son épingle du jeu dans ce qui est le personnage le plus intéressant car le plus nuancé. Lui aussi ex-militaire et peu enclin à prendre des risques pour finalement se révéler être un bras droit efficace dans la chasse de Mickey Cohen. Le reste de la bande de flics est interprété par des acteurs souvent dans des seconds rôles mais toujours au diapason: Anthony Mackie (8 Mile, Real Steel), Giovanni Ribisi (Ted, Public Enemies), Robert Patrick (Walk the Line, Sécurité Rapprochée) et Michael Pena (End of Watch). Pour prolonger la liste d’acteurs connus, Nick Nolte (Warrior, Les nerfs à vif) se glisse sous les traits de Bill Parker, le chef de la police. Au milieu de tout ça, il y a toujours une jolie femme et c’est Emma Stone qui l’interprète, elle aussi avec talent. Gangster Squad ne doit pas être vu comme les classiques du genre mais reste un bon film, un très bon divertissement qui saura vous faire passer un bon moment. A voir.

Vinsanity

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans E-H.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s