Le Monde fantastique d’Oz

le monde fantastique d'oz

Voir la bande annonce

Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences…
Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à une touche de sorcellerie, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route ? – Allociné

Le Monde fantastique d’Oz est adapté du roman culte de Franck Baum Le Magicien d’Oz, déjà adapté au cinéma en 1939 par Victor Fleming, film considéré comme un grand classique du cinéma. Ce nouveau long métrage nous raconte ce qu’il s’est passé avant et répond à la question suivante: Comment Oscar, surnommé Oz, est devenu le grand Magicien d’Oz? Sur le papier cette idée semble très risquée. Remettre à l’écran un monde que tant de gens connaissent sans en faire une pâle copie sans intérêt. Aujourd’hui tout est matière à être adapté sur grand écran, à être développé en suite ou en préquel comme c’est le cas ici. Ce n’est pas toujours de grandes réussites mais les studios Disney se sont lancés ce défi après le succès qu’ils ont rencontré avec l’adaptation d’Alice au pays des merveilles de Tim Burton en 2010. Deux mondes imaginaires qui se ressemblent. Heureusement ils ont mis aux commandes de ce projet difficile un metteur en scène talentueux en la personne de Sam Raimi, réalisateur des trilogies Evil Dead et SpiderMan. Les comtes pour enfants ne sont donc pas vraiment son domaine de prédilection mais sa passion pour l’œuvre de Baum est assez grande pour le motiver à la mettre en valeur tout en la respectant. Personnellement je n’ai ni lu les livres ni vu le film de 1939. Mon avis n’est donc pas aussi complet qu’il pourrait l’être en l’absence de comparaison. Toutefois je trouve l’idée de vouloir nous montrer comment Oz est devenu le Magicien très intéressante. Le scénario mise sur l’évolution de ce personnage pour nous embarquer et c’est réussi quelque soit l’âge du spectateur. Il est grand public et c’est ça la force de son histoire, elle touche tout le monde. On peut tout de même regretter son côté trop gentillet par moment mais l’ensemble est plutôt pas mal. Pour ce qui est de la mise en scène, Sam Raimi a fait un travail brillant pour recréer ce monde extraordinaire. Visuellement tout est très beau avec beaucoup de couleurs. Il s’est bien entouré puisque le chef décorateur n’est autre que Robert Stromberg, doublement oscarisé pour son travail sur Avatar et Alice au pays des merveilles. Malgré une discorde concernant les droits des œuvres précédentes ne permettant pas à Raimi d’avoir tous les personnages de l’histoire (l’homme de fer, le lion et l’épouvantail ne sont pas là), il s’en sort admirablement en mettant en valeur ceux qu’il a. Le singe ailé Finley et la poupée de porcelaine sont bluffants grâce aux images de synthèse tout comme le reste de ce vaste pays qui saura vous épater. Mais avant de découvrir la cité d’Émeraude, le monde d’Oz et ses chemins de pavés jaunes, Rami à fait le choix de démarrer son film dans le Kansas, en noir et blanc. C’est ici que l’on fait la connaissance d’Oscar, qu’on le voit tel qu’il est: cupide, égoïste, coureur de jupons, menteur et prétentieux. Ces vingt premières minutes sont importantes pour mieux que l’on se rende compte de l’évolution d’Oscar au fil de l’histoire et de ses rencontres avec Finley, les trois sorcières et le peuple du monde d’Oz. Devant sa caméra il retrouve James Franco après leurs collaborations sur les trois SpiderMan. Il interprète Oscar avec justesse et prouve qu’il est un acteur polyvalent. Il peut jouer dans des blockbusters ou des films plus intimistes, des comédies ou des drames. D’après Sam Raimi, sa carrière est à l’image de son personnage. Il a commencé en étant un acteur renfermé puis il a évolué, s’est ouvert aux autres pour aujourd’hui être un artiste complet. En effet Franco est auteur, poète, réalisateur et même professeur. Il est accompagné par les séduisantes Mila Kunis, Rachel Weisz et Michelle Williams respectivement dans les rôles de Theodora, Evanora et Glinda. Zach Braff et Joey King se glissent sous les traits de Finley et de la poupée de porcelaine. Quant à la musique, on la doit à Danny Elfman, compositeur des trois Men In Black, des trois SpiderMan de Raimi mais aussi de la majorité des films de Tim Burton. En résumé Le Monde fantastique d’Oz n’est pas un grand film mais reste un bel hommage à l’œuvre de Baum. Un film sympa et divertissant. A voir.

Vinsanity

Publicités
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s