L’Écume des jours

l'écume des jours

Voir la bande annonce

L’histoire surréelle et poétique d’un jeune homme idéaliste et inventif, Colin, qui rencontre Chloé, une jeune femme semblant être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Pour payer ses soins, dans un Paris fantasmatique, Colin doit travailler dans des conditions de plus en plus absurdes, pendant qu’autour d’eux leur appartement se dégrade et que leur groupe d’amis, dont le talentueux Nicolas, et Chick, fanatique du philosophe Jean-Sol Partre, se délite. – Allociné

 L’Écume des jours est l’adaptation du célèbre roman du même titre écrit par Boris Vian. Oeuvre culte de la littérature française que je n’ai pas lu, mon jugement sur ce film n’a donc surement pas toutes les références nécessaires pour être complet mais je me lance quand même. Ce qui m’a attiré vers ce long métrage, c’est Michel Gondry. Un metteur en scène au style unique, créatif, autant à l’aise avec les effets spéciaux numériques qu’avec les bricolages mécaniques et la stop-motion. Cet univers fait de lui un réalisateur atypique et lui seul semble être capable d’adapter cette histoire réputée inadaptable.
Pour ce qui est du scénario, je ne peux évidemment pas comparer avec le livre, dire s’il manque des choses importantes ou d’autres qui ont été changées. Ce récit est très intéressant car il évolue de la romance au drame et chaque personnage suit un parcours semé d’embûches. Je comprends que l’oeuvre de Vian touche beaucoup de gens tant elle capture la notion de couple, de sa création à ses problèmes, ici la maladie.
A la mise en scène, Gondry est fidèle à lui-même avec une inventivité hors du commun. Beaucoup de bricolages comme lui seul le fait: des scènes tournées en stop-motion accompagnées d’effets mécaniques. Il crée ainsi un univers surréaliste et fait de l’appartement de Colin un endroit incroyable, surtout au début. Quand l’histoire commence à se compliquer et à se déliter, sa réalisation vient appuyer cette impression avec des couleurs plus sombres pour finir en noir et blanc. Une belle maîtrise dans l’ensemble mais malheureusement même si j’ai bien aimé ce film de manière globale, il y a quelques défauts qui m’ont dérangé. Au fil du film tous ces stratagèmes bricolés s’essoufflent et surtout les personnages m’ont paru trop niais et trop idéalistes pour paraître vrais.
De l’autre côté de l’objectif, on retrouve un beau casting avec en tête le couple Romain Duris-Audrey Tautou dans les rôles de Colin et Chloé. Deux acteurs qui se connaissent bien puisque c’est leur quatrième collaboration. Ils sont tous les deux justes dans leur interprétation et Tautou semble faite pour ce genre de rôle de femme fragile. Ils sont très bien épaulés par Omar Sy, Gad Elmaleh dans les rôles de Nicolas et Chick mais aussi par Charlotte Le Bon et Aïssa Maïga sous les traits d’Isis et Alise. Les quatre amis du couple sont bien interprétés et sont des rôles secondaires qui apportent leur patte au récit. A noter les présences de Philippe Torreton dans le rôle de Jean-Sol Partre et surtout d’Alain Chabat dans celui du chef cuisinier Jules Goffé, une apparition sympa.
 L’Écume des jours n’est surement pas un grand film mais Michel Gondry a mis sa créativité au service de Boris Vian et ça nous donne un film atypique qui vaut le détour.

Vinsanity

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s