Jurassic Park

jurassic park 3d

Voir la bande annonce

Ne pas réveiller le chat qui dort… C’est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le « clonage » de dinosaures. C’est à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèces de dinosaures. Il s’apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde. Mais c’était sans compter la cupidité et la malveillance de l’informaticien Dennis Nedry, et éventuellement des dinosaures, seuls maîtres sur l’île… – Allociné

20 ans après sa sortie, Jurassic Park ressort en salle pour fêter l’événement avec un petit lifting 3D. Le film n’a pas pris une ride ou presque et on prend plaisir à le revoir sur grand écran. Le scénario est écrit par David Koepp, à qui l’on doit ceux de La guerre des mondes, SpiderMan 1 et 2 ou encore Panic Room. Basé sur le roman éponyme de Michael Crichton, il tient la route et nous emmène dans l’univers des dinosaures avec brio. Même si on sent par moment que le film date de 1993, l’ensemble reste très sympa et surtout ultra divertissant. La première partie présente très bien l’histoire pour donner place à une suite beaucoup plus prenante marquée par la mise en liberté des dinosaures. Suspens et tension sont au rendez-vous.
A la mise en scène, Steven Spielberg maîtrise son sujet de bout en bout. La première heure d’exposition souffre de quelques longueurs mais est nécessaire. Il excelle surtout dans la deuxième moitié, une fois que l’histoire se débride. Il installe une ambiance de stress permanent. Spielberg est particulièrement doué pour ce genre de film de divertissement grand public. Pour ce qui est des dinosaures, on se rend compte aujourd’hui qu’ils étaient déjà très bien faits à l’époque, ce n’est pas pour rien que le film a gagné l’Oscar des meilleurs effets visuels. Pour ce qui est de la 3D, son apport n’est pas flagrant mais le rendu visuel est quand même au-dessus de la version de 1993.
De l’autre côté de la caméra, le casting réussit le défi de jouer face à des dinosaures, ce qui ne doit pas être évident. Sam Neill et Laura Dern interprètent Alan Grant et Ellie alors que John Hammond est joué par Richard Attenborough, réalisateur de Gandhi. Ils sont accompagnés par Ariana Richards et Joseph Mazzello dans les rôles des enfants. Mazzello a bien poursuivi sa carrière puisqu’on a pu le voir dans The Social Network et dans la mini-série The Pacific. Jeff Goldblum et Samuel L. Jackson complètent le casting. Quand on y prête attention, Jackson s’est construit une filmographie impressionnante au fil de sa carrière. De Star Wars à Pulp Fiction en passant par Die Hard 3, c’est plutôt pas mal.
Deux décennies après, Jurassic Park reste efficace et on comprend son statut de film culte. Profitez de sa ressortie en salle pour le voir ou le revoir.

Vinsanity

Publicités
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s