Le Passé

le passé

Voir la bande annonce

Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Les efforts d’Ahmad pour tenter d’améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé. – Allociné

Présenté au festival de Cannes cette semaine, Le Passé sort en salle au même moment. Pour les cinéphiles, ce long métrage était attendu puisqu’on le doit à Asghar Farhadi, metteur en scène d’Une Séparation. Film qui a raflé les récompenses avec notamment l’Oscar, le Golden Globe et le César du meilleur film étranger ainsi que l’Ours d’Or au festival de Berlin. Farhadi, metteur en scène iranien, n’est donc pas connu du grand public mais est une figure importante du cinéma d’auteur mondial. Sa nouvelle oeuvre est dans la lignée de sa filmographie, elle ne fera pas des millions d’entrées mais le public cinéphile sera au rendez-vous.
Avant toute chose, Farhadi est un excellent scénariste. Comme dans Une Séparation, Le Passé dépeint avec beaucoup de justesse les relations de couple. Ici il nous immerge au milieu d’une famille recomposée qui s’entre-déchire au fil des révélations des secrets du passé. Un récit maîtrisé de bout en bout avec des personnages complexes. On pense être du côté d’un d’eux puis on change d’avis une première fois, et une deuxième. Un très bon scénario.
A la mise en scène, le travail d’Asghar Farhadi dégage la sincérité et le réalisme. Il montre qu’il ne faut pas de grands mouvements de caméra complexes pour montrer son talent. Un plan simple mais réalisé brillamment est beaucoup plus efficace. Pour encore plus se concentrer sur ses personnages, la grande majorité du film se déroule en milieu fermé, la maison de Marie ou dans la voiture. Si on ajoute le faible utilisation de musique, on se rend compte que Farhadi fait tout pour diriger notre attention sur l’essentiel: l’histoire et les personnages qui la développe. Une mise en scène simple et brillante.
De l’autre côté de l’objectif, un trio d’acteurs tous autant talentueux les uns que les autres. Tout d’abord deux acteurs français révélé au festival de Cannes et qui y reviennent donc avec brio. Bérénice Béjo, mise sous les feux des projecteurs mondiaux grâce à son rôle dans The Artist et Tahar Rahim, héros et révélation d’Un Prophète, forment un couple touchant sous les traits de Marie et Samir. Ils sont accompagnés par l’excellent Ali Mosaffa, parfait dans le rôle d’Ahmad. Acteur iranien que je ne connaissais pas du tout. C’est son personnage qui nous immisce dans cette histoire et la situation d’Ahmad qui arrive à un moment difficile correspond bien à sa propre situation. Mosaffa a en effet appris le français pour les besoins du rôle et a aussi dû avoir ce sentiment de ne pas tout comprendre sur le tournage. Le trio est épaulé par Pauline Burlet, Elyes Aguis et Jeanne Jestin qui jouent les enfants de Marie. Ils sont eux aussi très bons, surtout les deux premiers et ça donne des scènes familiales très justes. Un beau casting.
Le Passé n’est pas un film tout public mais si vous êtes cinéphiles, vous apprécierez à coup sur. Il mérite surement d’être au palmarès du festival de Cannes.

Vinsanity

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s