Only God Forgives

only god forgives

Voir la bande annonce

À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue.
Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy : le frère de Julian vient en effet de se faire tuer pour avoir sauvagement massacré une jeune prostituée. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers.
Julian devra alors affronter Chang, un étrange policier à la retraite, adulé par les autres flics … – Allociné

Deux ans après la claque Drive, le duo Nicolas Winding Refn-Ryan Gosling revient à nouveau à Cannes pour présenter leur nouvelle collaboration, Only God Forgives. Mon attente était donc très grande quant à ce film tant j’ai aimé leur première rencontre. Winding Refn continue tout droit dans le chemin que sa filmographie trace, là où violence et esthétisme s’entremêlent. Un style unique que le metteur en scène cultive et c’est tant mieux. Même si ce nouveau film est bien, c’est à mon grand regret que je dois avouer que je suis un peu déçu.
Premièrement au niveau du scénario, quand Drive paraissait écrit à la perfection autant au niveau de l’histoire que des personnages principaux comme secondaires, ici on a l’impression qu’il nous manque des éléments pour tout comprendre. Les personnages sont moins bien écrits à commencer par celui de la mère de Julian. On cherche à nous montrer sa dureté en exagérant son autorité par des dialogues qui paraissent surfaits. Même Julian, censé être le personnage fort du film, est trop effacé pour nous embarquer à ses côtés. Seul le policier Chang est plus développé. Le problème est le manque de dialogues et l’image seule ne suffit pas à tout expliquer. On aimerait en savoir plus sur tous ses personnages car l’idée de base de cette histoire a un vrai potentiel.
Ensuite la mise en scène de Winding Refn est moins maîtrisée que dans Drive. Il y a un vrai travail sur l’éclairage qui est d’ailleurs très réussi. L’essentiel du film se passe la nuit ou dans des espaces sombres et le jeu de lumière et de couleur, majoritairement rouge, donne un effet très stylisé. De plus il arrive toujours à sacraliser ses personnages principaux comme il l’avait fait dans Drive bien sur mais aussi dans Valhalla Rising. Le problème vient du fait que même si chaque scène est bien réalisée, l’ensemble manque de fluidité. A trop vouloir esthétiser son long-métrage, le danois en a peut-être oublié le sens de la narration. Même les éruptions de violence, qui se justifiaient d’elles-même dans Drive ne donnent pas cette impression cette fois-ci. L’ensemble dégage donc beaucoup moins de puissance et de viscéralité.
Devant la caméra, Julian est interprété par Ryan Gosling qui retrouve un rôle qui se rapproche de celui du cascadeur/chauffeur avec très peu de paroles. Néanmoins son personnage étant moins fort, la justesse de son jeu frappe moins. Dans Drive il a créé un personnage tellement iconique que la comparaison est dure mais ici sa performance est un peu en-deçà dans un rôle difficile à cerner. La mère tyrannique, en plus d’être mal écrite, n’est pas très bien jouée par Kristin Scott Thomas qui surjoue et ne parait pas crédible. Enfin, la révélation est Vithaya Pansrnigarm dans le rôle de Chang. C’est lui le personnage fort du film.
Only God Forgives est un vrai objet cinématographique, bien mis en forme mais qui est trop inhabité pour pleinement nous embarquer. Même s’il est en-dessous de mes attentes, je salue la volonté de faire un cinéma différent de la part de Nicolas Winding Refn, une volonté nécessaire à l’évolution du 7e art.

Vinsanity

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans M-P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s