Pacific Rim

pacific rim

Voir la bande annonce

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été
mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju.
Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente… – Allociné

Pacific Rim, film très attendu car de Guillermo Del Toro, cinéaste atypique à l’univers unique. Grand fan de monstres et autres créatures fantastiques, le réalisateur d’Hellboy et du Labyrinthe de Pan rend avec son nouveau long métrage un hommage aux films japonais appelé Kaiju ega, film de monstres. D’où le nom des adversaires des Jaegers. De loin son projet le plus coûteux avec un budget de près de 200 millions de dollars, Del Toro avait toutes les cartes en mains pour nous en mettre plein les yeux. En effet, que l’on aime ou pas ce qu’il fait, il faut lui accorder son talent de créativité, sa faculté à imprégner ses oeuvres d’un univers visuel toujours travaillé et hors des sentiers battus.
A l’écriture Del Toro, accompagné de Travis Beacham, ne signe surement pas le meilleur scénario possible, un peu trop simpliste mais rattrapé par des personnages assez intéressant. Mais on ne s’attarde pas là-dessus car l’affrontement Kaiju/Jaegers suffit à nous tenir en haleine.
A la mise en scène, Guillermo Del Toro est fidèle à lui-même. On sent son empreinte avec encore une fois un univers visuel marqué grâce aux décors et au travail sur les lumières. Beaucoup de scènes de nuit éclairées par des couleurs fluos pour un rendu efficace. Les robots et les monstres venus de l’océan sont réussis et les scènes de combats le sont tout autant. Le reproche qu’on peut faire, lié au scénario, c’est le nombre de destructions et d’affrontements peut-être trop nombreux pour pallier au manque d’approfondissement de l’histoire.
Devant la caméra, Charlie Hunnam, héros de la série Sons of Anarchy et vu dans Hooligans, interprète Raleigh Becket, le pilote de Jaegers. Il est accompagné par Rinko Kikuchi (Babel) dans le rôle de la jeune pilote Mako. Un duo qui fonctionne bien. Sous les traits de leur supérieur, on retrouve Idris Elba, impeccable. On a également le plaisir de voir Ron Perlman, interprète d’Hellboy et acteur fétiche de Del Toro. Il joue ici un traficant de « pièces détachées » de Kaiju, un rôle secondaire mais qu’il arrive à faire exister.
Pacific Rim, film au scénario un peu faible mais rattrapé par un visuel impressionnant qui vaut le détour.

Vinsanity

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans M-P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s