Lone Ranger, Naissance d’un héros

lone ranger

Voir la bande annonce

Tonto, le guerrier indien, raconte comment John Reid, un ancien défenseur de la loi, est devenu un justicier légendaire. Ces deux héros à part vont devoir apprendre à faire équipe pour affronter le pire de la cupidité et de la corruption. Le tandem fait des étincelles et entraîne le public dans un tourbillon de surprises et d’humour. – Allociné

Lone Ranger, adaptation d’une série télé américaine des années 1950, elle même adaptée d’une série radiophonique diffusée vingt ans plus tôt. Un héros purement américain dont le succès n’a jamais traversé l’Atlantique. Hollywood s’est donc dit qu’il est le personnage parfait pour une adaptation mais pourtant, le film est loin du succès escompté au box-office US. A la tête de ce projet on retrouve un trio bien connu: Jerry Bruckheimer à la prod’, Gore Verbinski à la réalisation et Johnny Depp devant la caméra. Trio majeur de la saga Pirates des Caraïbes mais ça ne suffit pas. Le film n’est pas mauvais en soi mais il faut bien dire qu’il ressemble beaucoup (trop?) à une délocalisation de la franchise de pirates vers le désert avec un Johnny Depp maquillé différemment et entouré par d’autres acteurs mais qui fait la même chose, branché sur pilote automatique. La critique pourrait s’arrêter là.

Au niveau du scénario, on reprend les mêmes ficelles, les perso principaux qui sont amis sans vraiment l’être, des scènes d’actions spectaculaires, une touche d’humour et des longueurs car ça dure 2h30.
A la mise en scène, Verbinski revient au western après son bon film d’animation Rango. Il est plutôt bon dans ce qu’il fait mais il n’apporte rien de réellement nouveau. Des beaux plans larges sur les étendues désertiques sont à mettre sur le côté positif du bilan mais un rythme trop saccadé  et un manque de fluidité sont à mettre dans le négatif. Je ne vois pas non plus l’intérêt de nous présenter cette histoire par le biais de Tonto vieux qui la raconte à un garçon dans une fête foraine à part rallonger le film.
Devant la caméra, concernant Johnny Depp, il n’y a malheureusement plus grand chose à dire depuis quelques années tant il parait s’être enfermé artistiquement (Dark Shadows, Alice au pays des merveilles,..). Espérons qu’il retrouve un jour l’élan qu’il avait plus jeune. Il est accompagné par Armie Hammer dans le rôle du Ranger solitaire, John Reid. Révélé par sa prestation dans The Social Network, il pouvait ici faire exploser sa carrière, opportunité pas aussi payante qu’espérée. Dommage pour un jeune acteur avec ce potentiel. Le casting est complété par Tom Wilkinson, Willian Fichtner, Barry Pepper, Helena Bonham Carter et John Badge Dale dans le rôle Dan Reid, le frère de John. Ce dernier est abonné aux seconds rôles ces dernières années (World War Z, Flight, Iron Man 3) mais mérite votre attention.
En résumé, Lone Ranger est un divertissement familial sympa, trop long et copier coller de Pirates des Caraïbes.

Vinsanity

Publicités
Cette entrée a été publiée dans I-L.

Un commentaire sur “Lone Ranger, Naissance d’un héros

  1. tateuz dit :

    je trouve pas que ce soit un copier coller de pirate des caraïbes, j’ai trouvé l’ambiance très différente et je trouve aussi que ça fait du bien de voir un western où les indiens sont pas les méchants ! mais ce n’est que mon avis ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s